A VTT sur les chemins de Compostelle
Cartes postales

L'Aubrac

première angoisse du pèlerin

Accueil cartes postales

Peu après son départ du Puy en Velay, le pèlerin médiéval doit affronter la première des épreuves de son chemin : la traversée de l'Aubrac. L'Aubrac est un haut plateau, une table basaltique générée par les coulées successives de lave issues des volcans d'Auvergne. Son altitude moyenne est supérieure à 1000 mètres et les hivers y sont réputés rigoureux. Au moment où le pèlerinage prend de l'ampleur, l'œuvre des moines défricheurs n'a pas encore atteint cette région qui reste couverte d'épaisses forêts où sévissent loups et brigands, démons et sorcières…

Aujourd'hui, la forêt a complètement disparu. Ce paysage où alternent bois de sapins et landes sauvages, est un véritable enchantement pour le promeneur. Avec ses roches volcaniques érodées, ses blocs de granit transportés par les glaciers, ses "sentinelles", collines reliquats de poussées magmatiques, l'Aubrac, particulièrement dans sa partie sud, présente un aspect quasi lunaire.

Pour avoir miraculeusement échappé à une attaque de brigands, le comte de Flandre Adalard y fonda en 1120 un hôpital destiné à l'accueil des pèlerins de Compostelle. Il fallait bien une belle légende pour expliquer la construction de la "dômerie d'Aubrac" qui, comme bon nombre des hôpitaux du chemin, était une structure dévouée à la cause des pèlerins.

Soins aux malades, protection de type militaire, offices religieux, repas, nettoyage, couchage …, chaque tâche était dévolue à des corps de laïcs ou religieux, spécialisés et hiérarchisés.

La via Podiensis, chemin de Compostelle au départ du Puy en Velay, traverse assez rapidement l'Aubrac d'Est en Ouest et fait bien sûr étape dans le petit village du même nom (Aubrac) où se trouve la domerie.

En suivant les drailles

Mais il existe aussi un itinéraire très bien balisé qui permet de réaliser la découverte complète de tout le plateau, à travers des paysages étonnants. Le pèlerin-marcheur de Compostelle n'aura sans doute pas le cœur à rajouter tout ou partie de cette superbe boucle à son itinéraire déjà bien long.

En revanche, c'est un parcours que je recommande absolument au vététiste, tant pour l'aspect technique et physique que pour la beauté des lieux. L'itinéraire vous fera souvent emprunter les drailles, ces chemins de transhumances que suivent les troupeaux, bordés de murets en pierre. Attention cependant, car il faudra compter au moins trois journées bien remplies pour le réaliser dans son intégralité.

Sur l'Aubrac

Accueil
Accueil