A VTT sur les chemins de Compostelle
Fiches techniques

Via Podiensis

Cahors - Ostabat

Fiches techniques

 

Cartes IGN série verte au 100.000°
N°57 : Cahors - Montauban
N°56 : Agen - Marmande
N°63 : Tarbes - Auch
N°62 : Bayonne - Mont de Marsan
N°69 : Pau - Bayonne

Du Quercy blanc aux Pyrénées, la traversée de la Gascogne. Les côteaux du Quercy alternent passages raides en bosses et beaux chemins de crêtes, mais il faudra pousser le vélo de temps en temps. La traversée du Gers marque la fin provisoire des difficultés avec des étapes certes encore bosselées, mais aux pentes plus douces.
Les régions de l'Adour alternent chemins et sentiers étroits, entre bois, vignes et champs de maïs, dans un paysage de petites collines sans grand intérêt. Les premières pentes un peu raides de la Chalosse sont une mise en jambe pour affronter celles, plus accentuées, du Béarn et du Pays Basque, dans de très beaux paysages, la chaîne pyrénéenne en toile de fond.

Cahors - St Antoine

Les montées sur les causses du Lot, escarpées et caillouteuses, s'estompent au fur et à mesure qu'on approche de la vallée de la Garonne, que les mordus de raidillons longeront par l'itinéraire des côteaux. L'arrivée dans le Gers ne marque pas pour autant la fin des ascensions, mais celles-ci se montrent enfin un peu plus douces. Les chemins, moins caillouteux, plus argileux, peuvent en contrepartie se montrer de plus en plus boueux par temps humide, même en été.
Le département du Gers a mis en place, sur les sections routières, un chemin parallèle bordé de jeunes arbres.
Itinéraire à jour 2008 (attention : pas mal de variations d'itinéraire par rapport à la carte IGN et Géoportail)

Cahors - Montcuq

La montée à la Croix Magne, juste après le pont Valentré, en escaliers à flan de falaise (main courante), est réservée aux piétons. On prend la route à droite après le pont, puis juste après une petite route à gauche qui monte vers la Croix Magne et rattrape le GR (suivre le balisage local orange).
Alternance de petites routes et chemins faciles en montée, mais la redescente vers la D653, juste après le gîte d'étape de la Rozière, est assez raide et caillouteuse au départ (prudence). Montée légèrement caillouteuse et gravillonneuse sur le causse, juste après avoir quitté la D653, un peu avant Labastide-Marnhac, mais ça passe bien. Très beau chemin de crête, facile et roulant, entre Labastide et Lascabannes qu'on atteint par une jolie descente. Une variante effectue un crochet facile, par l'Hospitalet. Courte rampe empierrée juste au-dessus de Lascabannes, (ça passe pour les meilleurs), puis bon chemin roulant jusqu'à Montcuq. Ne pas manquer de grimper jusqu'au pied du donjon. Une variante en raccourci sur chemins faciles évite Montcucq.

Montcuq - Moissac

Bonne montée à la sortie de Montcuq, sur sentier plus ou moins raviné et caillouteux (risques de poussettes), sinon ça passe "tout à gauche". Redescente ravinée et raide sur Rouillac (prudence). Alternance de beaux passages entre champs et forêts, mais le secteur est toujours bosselé, avec une courte rampe argileuse juste après Montlauzun (main courante). Très raide sentier de descente en lacets vers Raussou, prudence. Puissant raidar herbeux pour atteindre la bastide de Lauzerte. Autre difficulté juste après Lauzerte, raide montée assez ravinée et les derniers décamètres avant de basculer dans la vallée de la Barguelone sont en poussette. On rejoint Durfort-Lacapelette par du bon chemin bosselé. Suivent des sentiers très bosselés, mais moins caillouteux (terminées les poussettes et les ravines). Bon raidar quand on quitte à gauche le sentier de bordure de la D16, à hauteur du hameau des Tesseires. Plusieurs kilomètres de goudron pour arriver à Moissac.

Moissac - St Antoine

Après MoissacPaysage reposant par le chemin de halage à présent goudronné du canal latéral à la Garonne jusqu'à Malause. Trois beaux raidillons pour les courageux qui choisissent de suivre le GR65 par les coteaux, ce qui change de la monotonie du canal et permet d'apprécier d'en haut la beauté de la vallée de la Garonne. La première montée est sur route. La deuxième, avnat Boudou, plus impressionnante quand on la découvre, est à pied (300m environ). La troisième, vers le hameau de Bourdailles, est "limite-limite", mais ça passe.
Retour aux berges du canal. Le balisage nous conduit à Pommevic. Route jusqu'à Espalais, avec en arrière plan, les "jolies" tours de refroidissement de la centrale de Golfech. Montée bien raide sur goudron pour atteindre la place centrale de la bastide d'Auvillar. Un peu de bon chemin en descente pour passer sous l'autoroute, puis à nouveau goudron jusqu'à Saint Antoine qu'on atteind par un petit spot de descente sur bon chemin. Nous venons d'entrer dans le Gers.

Guyenne

La Croix Magne (petit détour) : panorama.

Le joli village de Lascabannes.

Le site de Montcuq, rues pentues, maisons des XIV° et XV°, donjon du XII° , panorama.

La bastide de Lauzerte, la place des Cornières.

La petite chapelle de St Sernin, dans son vallon perdu.

Cloître de Moissac

L'abbaye de Moissac et son superbe cloître. Le pont canal au-dessus du Tarn.

La bastide d'Auvillar.

Le petit village de St Antoine, ancien hôpital et église.

Saint Antoine - Aire sur Adour

La traversée du Gers offre encore quelques passages escarpés, mais tout se franchit à la pédale. Peu à peu, la pente des collines s'adoucit et l'approche de la vallée de l'Adour est la section la plus calme de toute la partie française du chemin. Tout n'est cependant par rose, car de nombreux passages, sur chemins forestiers et chemins de terre, sont quasi infranchissables en période trop humide.
Note pour la traversée du Gers : les sections sur goudron laissent peu à peu la place à des itinéraires parallèles sur sentiers aménagés. A terme, toutes les sections sur route devraient disparaître dans ce département.
Itinéraire à jour 2008

St Antoine-Lectoure

FlamarensRoute puis bon chemin sur les coteaux du Gers. Après Flamarens, descente herbeuse pour rejoindre la D953. Avant Miradoux, le GR quitte la D953 pour un sentier herbeux en montée très raide mais qui passe. On quitte Miradoux par la départementale, puis beau chemin herbeux qui contourne le château délabré de Gachepouy par la gauche après un bon raidillon. 3 km de goudron (chemin parallèle) après Castet-Arrouy, d'abord par la route, puis bifurcation sur chemin herbeux, par champs et forêts. Arrivée à Lectoure par d'agréables chemins et encore une bonne montée finale sur goudron.

Lectoure - Condom

Alternance de petites routes, sentiers herbeux, passages forestiers et beaux chemins blancs. Sur quelques kilomètres avant la Romieu, on emprunte l'itinéraire d'une antique voie de commerce, la Périgne, matérialisé par du beau chemin blanc et roulant. A hauteur du hameau de Montravail, une variante facile (non testée) évite la Romieu et rejoint directement Castelnau.
Tout passe bien et facilement jusqu'à Condom, mais il faudra monter au village de Castelnau par un bon raidillon. Nouveau raidillon pour quitter Castelnau, puis bons chemins et très belle arrivée sur Condom.

Avant CondomCondom - Eauze

A partir de Codom, on entre en paysages de collines douces. Les cotes sont moins raides et les passages techniques disparaissent, ce qui n'empêche pas que le cheminement soit en permanence bosselé. Poursuite des chemins faciles jusqu'à Monréal ( ne pas manquer le petit détour par Larressingle, la Carcassone de poche). Ensuite, passages herbeux dans les vignes en direction d'Eauze. Plusieurs kilomètres avant Eauze, on emprunte le ballast d'une ancienne voie ferrée: plat, rapide et (presque) reposant.

Eauze - Nogaro

Chemins très faciles, toujours bosselés, avec des passages étroits et forestiers, et des fonds de vallons à forts risques d'humidité et de boue. La vigne laisse peu à peu la place au maïs. Arrivée sans problème à Nogaro, où la vigne a définitivement cédé la place au maïs.

Nogaro - Aire sur Adour

Après Nogaro, le chemin serpente entre champs, vignes et sous-bois. Parcours vallonné mais relativement facile, toujours avec des risques de fonds de vallons très humides. Le chemin descend dans la vallée de l'Adour et circule à travers les champs de maïs pour atteindre Aire sur Adour par une longue portion plane sur bons chemins.

Gascogne

Le château fort de Flamarens, donjon circulaire du XV°.

La jolie place ombragée du village de Castet-Arrouy.

La petite ville de Lectoure (circuit balisé), cathédrale St Gervais. La salle des illustres de l'hôtel de ville.

Collégiale de la romieu

La Romieu, collégiale St Pierre du XIII° et XIV° : cloître, église et nef aux dimensions surprenantes, tours (visite libre payante).

Condom : cathédrale du XVI°.

Larressingle, "la Carcassone du Gers", minuscule village médiéval entouré de remparts.

Monréal du Gers, bastide gasconne construite au XIII° siècle, ruelles et église gothique.

Nogaro, église restaurée et restes d'un hôpital.

  Aire sur Adour - Ostabat, 119km

Retour des bosses avec l'entrée en Chalosse, verte région de petites vallées que le chemin coupe une à une par un enchaînement ininterrompu de bonnes côtes et jolies descentes, mais on n'aura pas à pousser le vélo. L'entrée en Béarn accentue encore les pentes. Courte transition un peu plus calme avant la traversée du Pays Basque, grand moment de VTT, qui constitue l'entrée en matière du franchissement des Pyrénées.
Itinéraire à jour 2008

Aire sur Adour - Arzacq Arraziguet

Vers PompsTraverser le centre ville par la rue piétonne puis prendre à gauche la rampe qui grimpe à Ste Quiterie. Au rond-point de jonction avec la nationale, prendre à droite une petite route qui descend vers un lac. Petite sentier de contournement du lac un peu étroit et en montagnes russes (courtes poussettes), mais section détournée pour travaux en 2008. Remontée sur bon chemin, après le passage sous la déviation, puis successions de jolies pistes et petites routes plates jusqu'à Latrille, les Pyrénées en toile de fond. Routes et bons chemins jusqu'à Miramont puis Sensacq, mais çà commence à grimper. Après Sensacq, bon sentier forestier pour franchir un vallon, puis très rude rampe sur petit chemin pour atteindre le village de Pimbo. Petites routes jusqu'à Arzacq, ça grimpe toujours.

Arzacq Arraziguet - Arthez de Béarn

Risques de passages gravillonneux sur certaines portions de chemins. Après une belle plongée routière à la sortie d'Arzacq, on contourne un étang par une bonne piste, puis nouvelle montée raide vers Louvigny par un petit chemin forestier un peu abîmé qui franchit un vallon. Superbe chemin de crête après Louvigny puis très raide grimpette sur chemin pour arriver à Fichous. Après une rapide descente routière sur Larreule, l'itinéraire traverse une large plaine par petites routes et bons chemins plats, parfois herbeux, jusqu'au pied de la colline de Castillon qu'on atteint par un bon raidillon routier. Descente un peu gravillonneuse puis remontée sur Arthez par la D236.

Variante par Morlanne

Une variante qui vaut le détour pour le château et le village restauré.(non testée)

Arthez de Béarn - Navarrenx

Après Arthez de Béarn, belle descente d'abord sur bon chemin puis routière dans la vallée du gave de Pau. Traversée de la vallée par bonne piste et petite route. Très rude rampe après Maslacq sur mauvais goudron. Un passage sur sentier étroit, piétiné par les chevaux, avec risque de boue, (un peu de poussette) peu avant Sauvelade. Le reste est très facile, malgré deux pentes sur goudron assez sévères.

Navarrenx - Ostabat

De Navarrenx à Charre, fin de la partie béarnaise du chemin. Passage forestier ombragé, avec quelques portions de boue en mauvaise période. Chemins dans l'ensemble roulants et agréables, sur des pentes plus raisonnables. Montgaston : dernier hameau avant le Pays Basque, ne pas manquer un petit détour (raide) par le château.

A Lichos, de l'autre côté de la rivière Saison, entrée au Pays Basque. Une petite route conduit à Aroue, mais il faut poursuivre encore 1km sur la départementale pour trouver le chemin sur la gauche, à l'entrée du village d'Etcharry. Section large et facile au début, puis succession de passages escarpés et belles descentes ludiques, sans difficultés techniques. Avant-goût et bonne mise en jambe avant d'affronter les Pyrénées. Très beaux paysages, dans une région assez déserte.

Peu après le village de Larribar, au lieu-dit Etchartia, pont sur la Bidouze puis montée vers Gibraltar, point de rencontre historique des trois grands chemins. La montée est étroite et en escaliers, elle est donc réservée aux piétons. Le vélo passe, mais en le poussant sans effort sur environ 300m, à condition de ne pas être encombré de sacoches. A Gibraltar, la stèle est sur une petite place sur la droite, un peu à l'écart du chemin.

Superbe montée assez raide sur un antique chemin (dont les belles dalles de pierre semblent avoir été récemment broyées par un engin) vers la chapelle de Soyarza, puis passage par la forêt. Ne pas manquer la bifurcation à droite dans la descente, qui débouche à Harambeltz. Une large piste terreuse et en montée rejoint une petite route qui conduit à Ostabat.

En vue du village d'Ostabat, le balisage quitte la petite route pour virer à gauche sur un sentier plus étroit. Anodin au départ, il emprunte plus loin le lit pierreux d'un ruisselet, obligeant à pousser le vélo. Continuer par la petite route pour arriver directement au village.

 

L'église Ste Quitterie d'Aire sur Adour et son sarcophage de marbre blanc.

Béarn

L'église romane de Sensacq.

La bastide landaise de Pimbo.

Arzacq, bastide béarnaise, très belle place à arcades.

Château de Morlanne

Morlanne : château et vieux village

Le belvèdère d'Arthez de Béarn : vallée du gave de Pau et chaîne des Pyrénées.

L'abbaye cistercienne de Sauvelade.

Les remparts de Navarrenx.

Le château de Mongaston et son panorama.

Pays Basque

Gibraltar, point de rencontre historique (présumé) des trois chemins, stèle.

Chapelle d'Harambeltz

Chapelle d'Harambelz

La chapelle de Soyarza, panorama.

Page précédente

Le Puy en Velay - Cahors

 

Ostabat - Puente la Reina

 Page suivante

Accueil
Accueil