A VTT sur les chemins de Compostelle
Carnets de route

Carcassonne - Oloron Ste Marie - Roncevaux

Juillet - Août 2006

Carnets de route

Samedi 15 juillet : Carcassonne - Fanjeaux

12h00 : Carcassonne
Trop grosse chaleur à Carcassonne. Trop de monde aussi. Je fais une photo et je repars. Il me faut tournicoter un bon moment avant de pouvoir m'orienter et prendre le bon chemin. Heureusement que je ne suis pas à pied !

14h00 : Monréal
La FFRP annonce un chemin balisé depuis Carcassonne, mais pas la moindre trace rouge et blanche. Je me débrouille avec les autres itinéraires et une propriété privée.

16h30 : Fanjeaux
Chemin Dominique, puis hébergement au belvédère St Dominique. Serais-je chez moi ! Pas vraiment car mon prénom ne me permet pas d'obtenir une réduction. Ca n'a même pas fait sourire l'hospitalier...



Dimanche 16 juillet : Fanjeaux - Gabre

9h00 : Hounoux
Ce chemin de crête, sur la ligne de partage des eaux entre Atlantique et Méditerranée, est un vrai délice : bosselé à souhaits, pas trop technique, et le paysage est à couper le souffle. A droite, les derniers contreforts des Causses, à gauche, la montagne Pyrénéenne.

11h00 : Mirepoix
L'arrivée par les hauteurs est un enchantement. La place centrale de cette bastide est bien l'une des plus belles de France.

13h00 : Vals
L'église fortifiée mérite une visite. On y pénètre par une faille dans la roche. Ambiance troglodytique !

15h00 : vallée de l'Ariège
Plate et reposante, mais je me fais piéger par une méchante montée en poussette au-dessus de Pamiers. Fallait bien une galère pour achever la journée. Hébergement à Gabre, chez des anglais convertis à l'agriculture bio.


Lundi 17 juillet 2004 : Gabre - Juzet d'Izeaux

Grotte du Mas d'Azil

9h00 : grotte du Mas d'Azil
Le GR n'y passe pas, je choisis de l'inscrire à mon itinéraire. Je reprendrai le GR un peu plus loin

9h30 : Rieubach
On entre au pays des calvaires. Le mien c'est surtout la chaleur! Heureusement qu'il y a de l'eau partout.

Calvaire de Portetény

 

 

St Lizier

12h00 : St Lizier
Un court passage en plaine, histoire de voir un peu de monde. Et encore, il n'y a guère que les terrasses des cafés qui font le plein. Sinon, pas un chat sur ce chemin.

15h00 : Arrout
Et c'est reparti pour des longs kilomètres de bosses. Même s'il rallonge le parcours et accroît les difficultés, le GR 78 possède un atout de taille : il passe souvent à l'ombre.

Audressein

15h30 : Audressein
Etonnante cette petite église au coeur des Pyrénées, avec ses fresques du XV° siècle en parfait état de conservation.

19h00 : Juzet
J'ai descendu les dix bornes du col de Portet d'Aspet sur la route et à fond pour profiter de l'air frais et me venger de 30mn de galère en portage (pas vu une bifurcation, grrr...). Etape à Juzet d'Izaut. Pas terrible l'auberge...


Mardi 18 juillet : Juzet d'Izaut - Lortet

11h00 : Valcrabère
Je prends le temps de visiter l'abbaye St Just. Cela en valait la peine. Juste derrière, c'est St Bertrand de Comminges. Deux chefs d'oeuvre classés en deux kilomètres.

Valcrabère

16h00 : Lortet
Le méchant portage d'hier associé à la chaleur lourde m'a plombé les jambes. Tant pis, j'arrête-là pour aujourd'hui. Etape à l'auberge du Mont d'Aure. La garbure y est excellente.

Vers Lortet


Mercredi 19 juillet : Lortet - Bagnères de Bigorre

Avant Bagnères

8h30 : Labastide
J'ai longtemps hésité entre deux itinéraires. Le long, très difficile, par le GR78, au coeur du Piémont. Le court, plus facile, par les petites routes qui grimpent bien quand même. Hier soir, au téléphone, ma fille avait décidé pour moi : "Tu vas quand même pas prendre le facile!". La première bosse, énorme, et tout en portage, sur sentiers à gros cailloux, me dissuade pourtant de continuer. "Et si tout le reste était comme cà ?" Malgré les SMS d'encouragement, j'oblique vers le goudron.
15h30 : Bagnères de Bigorre
Normalement, il me reste suffisamment de temps pour atteindre Lourdes. Je grimpe les 3 kilomètres jusqu'à Labassère, mais le ciel s'assombrit. Que faire ? Pour éviter le risque d'un orage en pleine montagne, je décide de faire demi-tour et de redescendre. Bien m'en prend. L'averse me tombe dessus à l'entrée de Bagnères. Etape au "Chat Ronfleur". Je suis tout seul dans le dortoir, mais mon hébergeur a plein de choses à me raconter.


Jeudi 20 juillet : Bagnères - Arudy

Montagne de Germs

9h00 : vallée de l'Oussouet
Cette montée à Germs est toujours aussi terrible. Heureusement que l'air est frais ce matin. Germs c'est le village à droite, tout en haut de la photo. Joli plateau et vaste panorama sur la plaine de Tarbes.

10h30 : Cotdoussan
La conseillère municipale qui habite au coin de l'église m'offre une visite privée de l'édifice "réservée à ceux qui le méritent", avec son magnifique retable de style "baroque pyrénéen".

13h00 : Betharram
J'ai traversé Lourdes comme souvent : en fermant les yeux. A Bétharram, je tente la montée par le calvaire, uniquement réservée aux piétons. Ca grimpe très raide, mais çà passe "tout à gauche". Etape à Arudy, dans l'unique hôtel du village, qui réserve une chambre aux pèlerins. C'est à l'office de tourisme que je rencontre mes deux premiers (et uniques) pèlerins.

Calvaire de Bétharram


Vendredi 21 juillet : Arudy - Oloron

12h00 : Oloron
L'étape fut brève et presque tranquille, à part un rayon cassé juste avant l'arrivée. Cela m'a laissé le temps de bavarder un bon moment avec les deux pèlerins aperçus la veille. 7 jours de vélo, grosses chaleurs, des bosses et des cols à n'en plus finir, terrains souvent difficiles, et l'arrière-train en compote... J'ai hâte de retrouver mes pénates. La région Aquitaine a fait des efforts : même avec deux correspondances, je ramène mon vélo avec moi à la maison en peu de temps.

Oloron


Mardi 8 août : Oloron - Mauléon

Départ

13h00 : Oloron
Je ne pouvais pas passer l'été sans "finir" la voie du Piémont. Départ avec un nouveau sac et surtout un nouveau vélo. Le temps est clair, la température idéale.

14h00 : Aren
RAS, la place centrale est déserte... J'ai testé l'itinéraire forestier après Préchac, pourtant déconseillé aux cyclistes. C'est confirmé, je déconseille aussi !

Aren

St Blaise

15h00 : Hôpital St Blaise
Ici commence le Pays basque. Si l'habitat reste béarnais dans l'architecture, la différence se remarque aux couleurs des boiseries.


17h00 : Mauléon
Hébergement à la maison Aguerria, immense bâtisse monastique qui sert de maison de retraite à quelques fantômes. Quelque chose pourtant m'étonne: tout y est propre et luisant, le parc est entretenu... J'ai tout un bâtiment à moi seul pour la nuit.

Aguerria


Mercredi 9 août : Mauléon - Saint Jean Pied de Port

8h00 : Mauléon
La cuisinière de la maison Aguerria m'apprend qu'ici séjournent des groupes, et même une colonie de vacances. Je suis passé en plein "creux" de vague.
10h00 : Ordiarp

Un solitaire VTTiste à sac à dos, caché au fond de la petite église du village, m'adresse à peine un salut lorsque nous enfourchons au même moment notre monture.

Ordiarp

Descente du col de Gamia

11h00 : col de Napale
Il y a dans cette montée routière une section d'un kilomètre qui doit battre tous les records de pente !
13h00 : col de Gamia
Celui-là est en pente plus douce et régulière. J'y fais la causette tout en grimpant à un rando-cyclo lourdement chargé, mais plutôt bien entraîné. La descente sur St Jean est très belle.


14h00 : Saint Jean le Vieux
Ici se rencontrent le chemin du Piémont et le chemin navarrais, GR 65, la grande voie du Puy. J'ai promis aux deux randonneurs qui passaient là qu'ils seraient en photo sur internet. Promesse tenue, et un petit coucou à eux.

La croisée des chemins


18h00 : Saint Jean Pied de Port
L'étape était trop courte pour que j'arrête à 14h00. Je vire à Ostabat par la route et retourne à St Jean par le GR65. Hébergement chez Pierre-Louis, webmestre des sites "VPPYR" et "VIA TOLOSANE". On avait échangé du courriel, çà s'est terminé par une invit. Merci.

Chez Pierre Louis


Jeudi 10 août : St Jean - Roncevaux

12h00 : Roncevaux
Je ne pouvais pas finir sans grimper, comme chaque année, à Roncevaux par la route Napoléon et son interminable montée. Pierre-Louis a dû mettre du dopant dans le rosé d'hier soir, je n'ai mis que trois heures pour atteindre sans fatigue mon terminus de la voie du Piémont.
Roncevaux
 

Accueil
Accueil