A VTT sur les chemins de Compostelle
Cartes postales

Le Gévaudan

terre de légendes et de terreurs

Accueil cartes postales

Peu après son départ du Puy en Velay, le "roumieu" - nom donné à l'origine aux pèlerins pour Rome, puis par extension au pèlerin de Compostelle - une fois franchie la vallée de l'Allier, grimpe rude vers un plateau sauvage et couvert de forêts : la Margeride. Mais la Margeride fait partie d'une région dont le nom bien connu résonne dans toutes les têtes : le Gévaudan. La fameuse bête n'a pas encore pu terroriser notre pèlerin médiéval, puisque celle-ci n'a sévi ici qu'au XVIII° siècle. Mais d'autres éléments, plus naturels ceux-là, lui font craindre pour sa sécurité : hivers rigoureux, brigands, meutes de loups, absence d'abris…

La bête du Gévaudan

Un des passages les plus isolés du chemin conduit le roumieu à Saugues, ville étape et refuge, point de jonction avec d'autres voies secondaires du chemin. La présence anglaise, très forte en Aquitaine, s'est faite sentir jusque ici. Un groupe de mercenaires est d'ailleurs à l'origine de la construction de la haute tour carrée qui domine le village. Pour atteindre la prochaine étape, une possession des Templiers au nom évocateur de "Domaine du Sauvage", il lui faut encore affronter mille dangers.

Les blocs de granit sombre parsèment le paysage lui donnant un air austère. Rien d'étonnant à ce que des légendes terrifiantes circulent dans le pays. On raconte qu'ici, un cheval mystérieux allonge sa croupe pour porter de nombreux cavaliers qu'il va ensuite noyer dans la rivière.

On raconte aussi que des grenouilles géantes essayent de dévorer ceux qui passent à leur portée. Comment s'étonner alors qu'entre 1764 et 1767, une bête terrifiante y égorge sauvagement près de cent personnes ?

Aujourd'hui, la traversée du Gévaudan n'effraye plus personne !

…, enfin…, …Vous n'allez sans doute pas me croire, mais en passant du côté du lac de l'Oeuf, j'ai quand même entendu un drôle de bruit, comme une sorte de hurlement prolongé, lugubre, en écho dans la forêt de sapins. Et puis ces traces de sang, au bord du chemin…A la nuit tombante, derrière l'étrange tour de la Clauze, en équilibre précaire sur son caillou de granit, j'ai aperçu une forme humaine blanchâtre, presque transparente, qui s'est évaporée à mon approche, et il me semble bien qu'alors la tour a bougé un peu …

Et puis, dans le petit village du Villeret d'Apchier, pourquoi les habitants ont-ils décoré les linteaux de portes avec des crocodiles, des lions et autres animaux bizarres sculptés dans la pierre?… En plus, ce jour là, un orage terrible s'est abattu sur la région. Je l'ai vu de mes yeux foudroyer tout un troupeau de moutons. Et pourtant, le soir, au refuge, personne n'en a parlé !…

La tour de la Clauze

Heureusement que moi, je fais les chemins à VTT !… Et c'est comme çà que j'ai réussi à semer toute la meute de loups qui voulait me dévorer.

Accueil
Accueil