A VTT sur les chemins de Compostelle
VTT et chemins

Hébergements
Faire dodo sur le camino

Accueil VTT et camino

Avec la relative liberté que procure le deux roues, cyclistes et VTTistes n'ont à se préoccuper de leur hébergement qu'une fois arrivés au terme de leur étape. En dehors de l'hôtel ou de la chambre chez l'habitant, on trouve toutes sortes de gîtes sur les chemins : du plus pouilleux au plus neuf tout équipé, c'est une question de hasard et de chance...

Gîte d'el GansoEn Espagne
Les marcheurs étant fort logiquement prioritaires dans les gîtes, la recherche d'un toit pour la nuit relève du hasard et des circonstances. La démarche habituelle consiste, dès l'arrivée à l'étape, à se rendre à l'auberge de pèlerins (en suivant les flèches), qui vous hébergera s'il reste de la place, ou vous orientera (selon le bon vouloir de l'hospitalier) vers un accueil à l'hôtel ou chez l'habitant. Compter "donativo" ou moins de 10€pour les gîtes collectifs, un peu plus pour un lit chez l'habitant, mais les prix varient selon de la qualité de l'accueil. Radio camino fonctionnant très bien gràce au net, les hébergeurs, à de rares exceptions près, offrent un rapport qualité-prix correct.

La course au gîte
Les périodes hautes (mai à septembre) sont bien évidemment les plus chargées. Plus on approche de Compostelle, plus il y a de monde. Beaucoup d'espagnols n'effectuent que les dernières étapes du camino, celles à partir desquelles on vous délivre la "compostella". Il paraît que çà fait bien sur les CV ! Mais cela diminue d'autant les capacités d'accueil : presque trois fois plus de "pèlerins" recensés à St Jacques qu'à Roncevaux ! Pour obtenir une place, certains marcheurs n'hésitent pas à partir très tôt, souvent même avant le lever du jour. Ils arrivent aux gîtes dès le milieu de matinée, avant même le petit déjeuner espagnol. Le pauvre vététiste, qui profite de la relative douceur des fins de journées pour pédaler un peu, diminue d'autant ses chances de trouver une place. Pas de réservation dans les gîtes espagnols : depuis que la surpopulation gagne le camino, ce système, plutôt bon à l'origine, est devenu la cause principale de la course au gîte. En hiver, certains gîtes sont fermés et d'autres pas chauffés.

En France

GR65 (voie du Puy) et GR653 (voie d'Arles)
Les hébergements sont pour la plupart ouverts à tous, avec ou sans crédencial. Il est préférable de réserver la veille pour le lendemain. Mais les étapes à VTT étant plus aléatoires qu'à pied, ce système laisse peu de place à l'improvisation et enlève beaucoup de charme au chemin. Mieux vaut jouer la carte du bouche-trou de dernière minute, cela donne du piment au voyage. Autre possibilité : téléphoner quelques heures avant d'arriver, ce qui évite les prospections inutiles. C'est la solution que j'utilise le plus.

Voies de Tours et de Vèzelay
Ne sont pas encore totalement des sentiers de grande randonnée, l'hébergement est plus aléatoire. Les localités qui s'ennorgueillissent d'être sur un chemin de Compostelle, se doivent en contrepartie d'implanter un gîte d'accueil, grâce à des initiatives individuelles, associatives ou municipales. Ces deux voies sont de plus en plus pourvues en gîtes de type pèlerin, gérés par les associations jacquaires en collaboration avec les municipalités. Pour ce type d'héhergement (et même pour d'autres), la crédenciale est demandée. Moins de 10€.

Se loger malgré tout
Recenser tous les hébergements possibles dans une bande de 10 kilomètres autour des chemins est une tâche à la fois insurmontable, aléatoire et totalement inutile. Pour ceux qui souhaitent néanmoins connaître les possibiltés d'hébergement, voici une liste des sites et guides qui me semblent les plus adaptés.

Les guides
Voir la liste à la page Présentation

Les pages web

- Les 4 chemins de France. L'association "les haltes vers Compostelle" regroupe les hébergements qui expriment, par leur adhésion, leur volonté d’assurer un accueil de qualité dans des locaux adaptés pour les marcheurs au long cours.

- Voie de Tours : pas de site pour l'ensemble des accueils. Seule l'association landaise a recensé les hébergements sur son département. Pour le reste, utiliser un des deux guides. Voir aussi la page hébergement de mon dernier site sur la voie de Tours.

- Voie de Vèzelay : seul l'itinéraire réalisé par l'Association des Amis de St Jacques Voie de Vèzelay offre des hébergements pour pèlerins. Nul doute que la création récente du GR654, également dénommé voie de Vèzelay, va susciter, dans un proche avenir, l'implantation de gîtes sur ce second itinéraire. Liste à jour des hébergements sur demande à l'association des amis de St Jacques voie de Vèzelay

- Voie du Puy : Chemindecompostelle.com , le plus détaillé.

- Voie d'Arles : Association Rhône-Alpes, édite un document au format PDF, les hébergements d'Arles au Somport. Via tolosane, page hébergements.

- Camino francès, camino aragonais, via de la Plata, camino del norte: Mundicamino : le plus complet, avec tous les détails sur tous les hébergements, un vrai guide Michelin. Inutile de chercher ailleurs, même si vous ne comprenez pas l'espagnol. Choisir la voie dans la colonne de droite de la page d'accueil, puis à nouveau à droite l'étape, puis utiliser le menu de gauche, rubrique "albergues" (auberges) ou "hospedajes" (hôtels). Voir aussi le site des consommateurs espagnols qui présente en détail le camino, de St Jean à Santiago, un très beau guide interactif, actualisé et complet.

- Voie du Piémont. Ce chemin devient un argument touristique pour les régions traversées. Des hébergements collectifs à bon prix voient le jour. Listes complètes et à jour téléchargeables chez http://vppyr.free.fr/vpp.php3 (rubrique "partir", page "pratique", prendre "documents à télécharger") et sur le site de l'ACIR (remplir un formulaire de téléchargement)

Accueil
Accueil