A VTT sur les chemins de Compostelle
Chemins de traverse

Traversée du Pays basque français

Accueil Traverses

Hendaye - Saint Jean Pied de Port par le GR 10

Le GR10 traverse toute la chaîne des Pyrénées, de l'Atlantique à la Méditerranée, mais il n'est que très rarement accessible aux VTT. Le Pays Basque est la région la plus favorable pour le suivre. Cet itinéraire, très bien balisé, n'est pas un chemin de Compostelle, mais il permet de rejoindre le chemin navarrais au départ de la côte basque. Plus qu'une excellente mise en jambe pour la suite du parcours sur un chemin magnifique, au coeur d'une des plus belles régions de France. Des paysages de moyenne montagne au pied des Pyrénées, des villages aux couleurs étincelantes. Itinéraire très difficile physiquement, surtout si on réalise l'ascension de la Rhune. Des montagnes de moyenne altitude, mais des pentes parfois plus que raides, réservées aux initiés ! Comptez au moins deux jours pour ce trajet. Carte au 50.000° recommandée.

Itinéraire consultable sur Géoportail

Site utile : VTT cote basque, sillonne tous les chemins du secteur

La RhuneLe balisage dans la ville d'Hendaye n'est pas toujours évident. Première montée à 130m d'altitude, sur une colline au nom imprononcable, par un chemin large et facile. Redescente et traversée de l'ancienne RN 10 (prudence), passage un peu étroit puis bons chemins et petites routes. Traversée de l'autoroute près du fameux péage de Biriatou.

Après le petit village très typique de Biriatou, l'accés au col des Poiriers par le GR 10 est impraticable, sauf à accepter 45 minutes de montée en portage. Continuer dans la vallée de la Bidassoa, d'abord par une petite route, puis par un chemin. Prendre sur la gauche une piste forestière raide, un peu humide, mais faisable, qui conduit ensuite en lacets au col des Poiriers. Pas évident cependant de rester bien orienté dans l'entrelac des pistes pour rallier le col.
Rejoindre le lac en contrebas du col et le contourner par la droite. Une bonne piste large et facile amène directement au col d'Ibardin : frontière, "ventas", restaurants, boutiques à touristes, tout l'arsenal ... Le GR 10 reste français mais la jonction avec Sare pose problèmes, car il faut contourner le massif de la Rhune par le nord, à mi-pente, sur un sentier pédestre tout en portage. Il faut donc quitter le GR et passer par le versant sud, côté espagnol.

Du col d'Ibardin, descendre la route quelques mètres vers l'Espagne et prendre à gauche, dès le premier virage, une petite route goudronnée en direction de la venta Okalarré. Juste avant la venta Okalarré, prendre à droite la piste de gravillons rouges qui passe en contrebas de la venta. La suivre quelques dizaines de mètres puis, quand elle décrit une lacet vers la droite, prendre à gauche la piste terreuse qui remonte légèrement. Suivre cette piste sur environ 1,5 kms, jusqu'à un embranchement. Prendre à gauche, (panneau Larune), une bonne piste forestière qui rejoint la grande piste de montée vers le sommet de la Rhune. Malgré le cimentage des portions les plus raides et la disparition des secteurs trop caillouteux, remplacés par un gravillonnage parfois dérapant, la montée de la Rhune reste un moment de bravoure VTTiste, réservé aux initiés.

Dans le dernier lacet juste avant le sommet, là où la pente devient quasi impossible, un passage sur la droite, pas très évident, conduit à la fontaine d'Urkila, sur un léger replat. A partir de là, descente par un chemin herbeux très raide, un peu casse-gueule par temps humide. Au pied de la pente herbeuse, bifurquer à gauche (patte d'oie). Le chemin s'élargit et devient moins pentu. Par une belle descente, large, mais caillouteuse et éprouvante, on atteint la D 406, d'où l'on rejoint ensuite Sare par la route pour y retrouver le GR10.

De Sare à Aïnhoa, portion facile et reposante, par petites routes et bons chemins le long de la frontière espagnole. Quelques petites bosses tout de même. Un peu avant le pont du Diable, alors que le chemin est large et roulant, le balisage nous invite à bifurquer à gauche par un sentier étroit, souvent boueux et encombré, sans grand intérêt. Mieux vaut rester sur le chemin qui rejoint la D 4 puis Aïnhoa.

A Aïnhoa, un des plus beaux villages de France, très belle montée en lacets sur le massif de l'Ereby sur une bonne piste bien pentue qui mène à la chapelle de l'Aubépine (panorama). Contourner le mont Ereby par le nord (côté gauche), en suivant toujours la large piste, caillouteuse, bosselée, mais praticable. Dernière bosse très raide pour arriver au col des Trois Croix. Après le col, continuer toujours sur la piste, elle contourne le massif cette fois par le sud (côté droit), et se poursuit, facile et superbe, jusqu'au gîte d'Esteben. L'arrivée au gîte est sur sentier à flan de montagne, étroit mais terreux et facile, avec quelques passages rocailleux à franchir à pied et un "gros caillou" à grimper.

Au col des Veaux, frontière espagnole. Les assoiffés pourront profiter de la venta qui se trouve une centaine de mètres en contrebas, sur le versant espagnol forcément. Le GR 10 continue par du bon chemin facile en direction du col de Méhatché, mais au bout de 500m, il devient sentier à portage. On peut à cet endroit bifurquer sur la gauche pour rejoindre la route du col au même niveau (portage horizontal sur 300m).

Autre option: au niveau du col des Veaux, redescendre sur la route pour reprendre en contrebas la route du col de Méhatché, mais il faudra affronter un peu plus longtemps la très sévère montée au col.

Col de Méhatché : les plus courageux peuvent grimper (route) au sommet de l'Artzamendi, le panorama en vaut la peine, la pente aussi !

Col d'UrdenziaAu col, ne pas suivre le GR 10, descente impossible avec le vélo. Continuer en direction du sommet pour trouver juste après la bifurcation du GR, une large piste très visible sur le flanc sud de la montagne. Descente caillouteuse au début, plus rapide ensuite. Au bout de 4 km, barrière à l'entrée d'une ferme puis petite route goudronnée. Descente rapide et en lacets. Après 1km de goudron, carrefour en T. Un balisage local invite à passer à droite (portion non testée). En prenant à gauche, on rejoint, toujours par la petite route, le village de Bidarray.

De Bidarray à Saint Etienne de Baïgorry, la montée vers le pic d'Iparla est impossible, pas plus que le chemin de crête qui lui fait suite. On quittera donc le GR10 pour utiliser une petite route plein sud, pratiquement sans signalisation, qui évite d'emprunter la départementale. Elle remonte un vallon (bonne grimpette sur quelques kilomètres) puis redescend par un autre vallon.

Entre St Etienne de Baïgorry et St Jean Pied de Port, les dernières sections encore sur pistes ont malheureusement été goudronnées. Les seules parties non goudronnées sont en portage difficile, il vaut mieux les éviter.

Saint Etienne de Baïgorry : franchir le pont qui partage le village en deux et prendre la petite rue aussitôt à gauche. Le GR10 emprunte un bon chemin bien raide qui se transforme très vite en sentier à portage. On peut éviter cette portion en restant sur la petite route qui longe au départ la voie ferrée. Après 1 km, carrefour (table d'orientation), prendre à droite la route qui grimpe très raide jusqu'au hameau de Biskaherréa. On retrouve ensuite le GR 10, sur petite route dont la pente s'adoucit, mais reste soutenue jusqu'au col d'Aharza.

Descente vers St JeanAu col, patte d'oie. A droite, l'itinéraire par le GR qui continue par une petite route goudronnée. Ne pas l'emprunter, car après 500 mètres, elle bifurque sur un sentier à portage qui grimpe raide et pour longtemps à flanc de montagne. Il faut emprunter la piste de gauche, maintenant goudronnée, qui mène au col d'Urdenzia.

Col d'Urdenzia : descente par la petite route. Au bout d'un kilomètre, un peu après une bifurcation qui remonte vers la crête (y aller pour le panorama, puis revenir pour reprendre la descente) ne pas manquer sur la gauche la belle piste caillouteuse (photo). Belle descente bien remuante jusqu'à la jonction avec une petite route goudronnée qu'il faut prendre à gauche. On rejoint Saint Jean Pied de Port par des petites routes.

Hendaye, les berges de la Bidassoa, vue sur l'Espagne.

Le petit village typique de Biriatou.

Le col d'Ibardin et son alignement de ventas.

La Rhune, petit train touristique, venta, panorama sur l'Océan et une bonne partie du Pays Basque.

Sare, autre village typique, église massive avec sa galerie à trois étages, et cimetière de poche.

Maison basque

Aïnhoa, superbe village, maisons colorées et fleuries à colombages, église à clocher carré puis octogonal.

Au-dessus du village d'Aïnhoa, chapelle de l'Aubépine, panorama remarquable.

Bidarray, village haut très dispersé et village bas.

Maison basque

Saint Etienne de Baïgorry, pont "romain" du XVII°, église typique, fronton...

Col d'Urdenzia, panorama.

Porte des pèlerins

St Jean Pied de Port, une des étapes majeures sur la voie du Puy. Porte des pèlerins, citadelle, rue de la Citadelle avec ses maisons anciennes, église du XIV°, bords de la Nive...

 

 

 Accueil
Accueil