A VTT sur les chemins de Compostelle
Fiches techniques

Via Podiensis

Le Puy en Velay - Cahors

Fiches techniques

Cartes IGN série verte au 100.000°
N°50 : St Etienne - Le Puy en Velay
N°58 : Rodez - Mende
N°57 : Cahors - Montauban

Des collines volcaniques du Massif Central aux causses blancs du Quercy, un ensemble d'étapes accidentées, donc très physiques, à n'envisager qu'après une préparation spécifique et avec un vélo parfaitement au point. Montées longues et raides, descentes souvent techniques, avant d'atteindre l'Aubrac. Un moment plus calme dans la traversée de cet étonnant plateau basaltique, sauvage et désert. Retour des bosses, plus faciles, pour atteindre la vallée du Lot, que les fatigués longeront par petites routes. Chemins bosselés et caillouteux typiques du causse après Figeac jusqu'à Béduer. Là, deux itinéraires permettent de rejoindre Cahors : le GR 651 le long de la jolie vallée du Célé ( choix personnel), ou le GR 65 à travers le causse de Limogne.

Le Puy en Velay - Nasbinals

Où l'on découvre très vite qu'un plateau, Margeride ou Aubrac, n'est jamais vraiment plat et qu'un chemin, forestier ou champêtre, n'est jamais vraiment roulant. Dès le départ, sans nul doute la section la plus délicate de tout le chemin jusqu'à Compostelle. Le vététiste confirmé la trouvera plutôt physique, le débutant la trouvera en plus très technique !

Le Puy - Monistrol d'Allier

Le chemin est globalement praticable jusqu'à St Privat d'Allier. Montée sur goudron pour quitter le Puy et atteindre le plateau de Vals. Quelques obstacles, un peu caillouteux et étroits, sur le plateau après la Roche, peuvent obliger à mettre pied à terre par prudence. Chemins dans l'ensemble assez larges et sympathiques. La montée vers le lac de l'Oeuf, après Montbonnet, est assez raide mais sur bon chemin blanc arasé au bulldozer. Jolie descente vers le Chier, mais l'arrivée sur St Privat comporte des sections très raides. Cà passe sans bagage et par temps sec. Les derniers hectomètres de descente avant le village sont plus raides et peuvent se faire à pied. Courts passages escarpés entre St Privat et Rochegude. La descente sur Monistrol, par Pratclaux, sur sentier pentu et coupe-lacets, est réservée aux vététistes très expérimentés, les autres devront mettre souvent pied à terre ou encore utiliser la route pour les plus timorés.

La ClauzeMonistrol - Saugues

Après Monistrol, la remontée vers le hameau d'Escluzels est impossible (passage avec main courante). Rejoindre le hameau par la D589. Autre possibilité : suivre le chemin balisé dans sa partie goudronnée, puis continuer vers la Valette au moment où celui-ci bifurque raide sur le plateau. On rejoint Escluzel par l'embranchement suivant sur la gauche. Reprendre ensuite le GR, mais quand il recoupe la D589, à mi-pente, la montée redevient très très raide jusqu'à Montaure. Bons chemins plus faciles jusqu'à Saugues où l'on arrive par un sentier un peu étroit dans la bruyère.

Saugues - St Alban

Après Saugues, parcours forestier et bucolique, sur le plateau de Margeride, un peu bosselé mais sans difficultés majeures, par la Clauze et sa drôle de tour. Itinéraire facile en vallée avant et après le Villeret d'Apchier. Portion routière sur la D587, 3 km avant la chapelle St Roch. La bifurcation vers le domaine du Sauvage est en beau chemin blanc. Bons chemins et sentiers forestiers, mais avec passages sur des racines, jusqu'à St Alban.

St Alban - Aumont Aubrac

Parcours toujours bosselé. La montée sur Grazières est assez raide et encombrée de racines, puis beaux chemins jusqu'aux Estrets. Court raidillon après le hameau, puis bon chemin roulant jusqu'à Aumont-Aubrac.

Aumont Aubrac - Nasbinals

D'Aumont-Aubrac à Nasbinals, bons chemins sans difficulté, sur une partie facile de l'Aubrac, entre forêts de pins et vastes prairies, avec une bonne dizaine de barrières à ouvrir (et surtout à refermer). Sections plus caillouteuses du côté de Finieyrols et de Montgros.

Auvergne

La cathédrale du Puy, le cloître, la vieille ville, l'église perchée de St Michel...

St Christophe : église du XII°.

La tour des anglais de Saugues, la collégiale St Médard.

La drôle de tour perchée de la Clauze.

Les linteaux animaliers du Villeret d'Apchier.

Panneau

Le domaine du Sauvage, ancienne possession des Templiers.

L'église auvergnate de Nasbinals

Nasbinals

Nasbinals - Figeac - Béduer

Une fois dans la vallée du Lot, qu'on atteint par l'une des plus belles descentes de tout le chemin, le parcours devient plus calme et physiquement moins éprouvant. Les puristes qui souhaitent suivre le GR de bout en bout trouveront quelques portions en portage dans les deux remontées sur le plateau, en bordure de vallée. Changement total de paysage, entre les verts pâturages d'Aubrac et les plateaux calcaires du causse, aux abords de Figeac.

Nasbinals - St Chély

Même type d'étape que précédemment. Très praticable dans l'ensemble malgré quelques portages assez courts (notamment à la sortie de Nasbinals) et un peu d'humidité par endroits. Début de la descente dans la vallée du Lot à partir d'Aubrac, d'abord en faux plats et pentes douces. Quelques passages étroits et délicats ensuite, notamment au pied du hameau de Belvezet.

EspalionSt Chély - Espalion

La descente entre St Chély et St Côme d'Olt est un vrai régal, sur sentier caillouteux, avec juste ce qu'il faut de difficultés, mais le vététiste expérimenté n'aura jamais à mettre pied à terre. Quelques passages peuvent être un peu humides. A partir de St Côme d'Olt, vallée du Lot jusqu'à Estaing.
Les plus courageux peuvent essayer le GR qui remonte sur les coteaux à la sortie de Saint Côme, mais il y a du de portage en perspective, sur sentier étroit, au milieu d'une végétation un peu agressive. Les autres pourront prendre l'itinéraire (plus historique) par la petite route, facile et tout plat.

Espalion - Golinhac

Après Espalion, section en poussette, au-dessus de St Pierre, sur sentier raide et étroit, puis alternance de bosses et jolies descentes. Au-delà d'Estaing, la montée est très raide vers le hameau de Montagut (courts portages), mais on peut utiliser la petite route, très raide elle aussi, que recoupe le GR. Bon chemin, mais raide descente sur Golinhac. Après Estaing, une variante balisée sur bon chemin passe par Campuac et évite Golinhac.

Golinhac - Conques

Raidillon pour quitter Golinhac puis bons chemins et goudron jusqu'à Espeyrac, descente raide pour atteindre le village. Deux passages délicats sur sentier étroit avant et après Sénergues, on peut rester sur le bitume. Succession de bosses et de descentes sur de beaux chemins en lisière de prairies jusqu'à Fontromieu. La descente sur sentier caillouteux pour atteindre Conques est très raide et devient assez dangereuse sur la fin (portage).

Conques - Decazeville

La remontée sur le plateau, quelques kilomètres, après Conques est impossible : sentier pédestre trop raide et bien trop empierré. Prendre la route, qui monte déjà bien, jusqu'à Carnejac. Toute la traversée du plateau est sur goudron, excepté une petite section sur chemin près d'un pylône des télécoms (facultative car le dernier kilomètre avant le hameau de Laubarède est assez étroit et encombré). Belle descente (mais sur goudron) sur Decazeville. (Un balisage secondaire permet de contourner cette cité minière tout en restant sur les côteaux, ce qui évite une remontée supplémentaire.)

Decazeville - Figeac - Béduer

Bon raidar sur Nantuech, pour quitter Decazeville (totalement labouré et inaccessible aux VTT en 2007). Même chose après Livinhac pour atteindre Montredon. Jusqu'à Figeac, paysage vallonné, chemins assez larges dans l'ensemble, parfois un peu caillouteux. C'est une section de transition, qui reste agréablement bosselée.

Sentier très raide limite portage pour monter sur le causse à la sortie de Figeac (on peut prendre la D922). Arrivé sur le plateau le chemin emprunte une petite route qui serpente pour arriver à la Cassagnole, puis traverse le magnifique village de Faycelles pour arriver à Béduer. Un très beau parcours sur le Causse de Limogne. Larges chemins bordés de murets en pierres sèches, nombreuses bories (cabanes de bergers) et pigeonniers, magnifiques villages aux maisons de pierres. Le paysage est assez austère et donne une sensation de liberté.

L'église d'Aubrac.

Guyenne

St Côme d'Olt : promenade dans la vieille ville.

L'église de Perse en grès rose.

Espalion, pont gothique en pierre rose.

Estaing

Estaing : promenade dans la vieille ville, château du XV°, église St Fleuret.

Reliquaire de Conques

Conques, site médiéval classé, un des plus beaux villages de France : maisons renaissance et basilique Ste Foy, chef d'oeuvre de l'art roman.
A ne pas manquer : visite virtuelle panoramique

Figeac : suivre le circuit balisé dans la vieille ville.

 

Béduer - Cahors

Un choix "cornélien" pour le vététiste, comme pour le marcheur : vallée du Célé ou causse de Limogne ?
L'itinéraire par le GR65 traverse le causse de Limogne, plus court, moins tortueux, un peu moins technique. L'itinéraire du GR651, sans longues sections à portage, offre davantage de bons spots à l'amateur de chemins et surtout, passe par de très beaux sites et villages, à flan de falaise. De plus, il permet d'aller faire un petit détour par St Cirq Lapopie, un village renaissance qu'il faut avoir visité au moins une fois.

Par la vallée du Célé, GR 651

Béduer - Marcilhac

Départ de la variante GR 651, le long de la belle vallée du Célé, par Boussac et Corn, jusqu'à Espagnac, sur des chemins souvent larges et faciles, avec agréables passages en bordure de rivière. Au delà d'Espagnac, notre chemin entame un enchaînement de montées "tout à gauche" et de descentes un peu techniques du causse, avec quelques passages caillouteux en portage, notamment du côté de Marcilhac. Ne pas se décourager car ces passages délicats sont assez courts, et l'alternance de collines et talwegs vaut vraiment le déplacement. Chemins souvent caillouteux, donc remuants, mais dans l'ensemble assez roulants, avec un superbe passage sur goudron mais à flan de falaise pour quitter St Sulpice.

Marcilhac - Bouziès

Descente sur sentier tortueux et caillouteux pour atteindre Sauliac. Autre beau passage à flan de falaise au-dessus de Sauliac. Le parcours est assez physique, un peu technique car toujours très caillouteux par endroits, mais cela passe plutôt bien. De Cabrerets à Bouziès, montée à pied pour atteindre le Pech Merle (prendre la route) et sa célèbre grotte préhistorique.

Un peu avant Bouziès, le Célé se jette dans le Lot, près du village classé de Saint Cirq Lapopie qu'il faut absolument voir, de préférence tôt le matin ou tard le soir. Pour cela, suivre le GR 36 à Bouziès, en direction de Saint Cirq. Il vous fera passer par l'ancien chemin de halage du Lot, taillé dans la falaise. Grimper ensuite au village par la route, cela évitera une pénible série de poussettes. Il existe un chemin de redescente, départ du parking en haut du village de St Cirq (balisage jaune). Quelques passages un peu raides et caillouteux. On rejoint le chemin de départ 1 km avant Bouziès, ce qui permet de reprendre le chemin de halage dans l'autre sens

CahorsBouziès - Cahors

Le chemin balisé effectue beaucoup de détours, avec montées sur sentiers escarpés, étroits et parfois envahis par la végétation, pas vraiment indispensables pour rejoindre Cahors. Pour les éviter, tout en restant à l'écart des routes fréquentées, voici une suggestion d'tinéraire :
Bouziès - St Géry, par la D662, le long du Lot rive droite.
St Géry - Béars. Traverser le Lot au pont avant St Géry, prendre le GR 36. Rude montée à Pasturat. Au pic de Béars (pylone), on poursuit toujours par le GR 36, jusqu'à Arcambal.
Arcambal - Cahors par le GR36, un peu encombré par la végétation à certains endroits. Deux possibilités : vallée du Lot ou Mont St Cyr.
1. Lorsque le GR bifurque soudainement vers le sud et quitte le bord de la rivière, rester sur le chemin de pécheurs et continuer, toujours en bordure de rivière, jusqu'à Cahors. Si vous faites étape à Cahors, le mieux est de profiter du panorama du mont St Cyr en y allant à pied le soir.
2. Suivre le GR jusqu'au bout, mais cela fait un beau détour, d'abord par une jolie piste en montée puis goudron jusqu'au Mont St Cyr. Attention, la descente est tout en escaliers jusqu'à Cahors ! Pour l'éviter, revenir sur ses pas sur 1,5km et prendre la petite route à droite.

Espagnac

Espagnac, minuscule hameau et son superbe monastère.

L'abbaye de Marcilhac, les berges du Célé.

Cabrerets, site, château, au confluent du Lot et du Célé. Grotte du Pech Merle : site préhistorique et peintures rupestres.

St Cirq Lapopie

St Cirq Lapopie, un détour à faire absolument : village classé.

Les rives du Lot et le chemin de halage.

Par le causse de Limogne, GR 65 (merci à Jean Philippe)

Béduer - Limogne

A partir de Béduer, alternance de chemins et sentiers en sous-bois, très agréables et frais, relativement plats, et de chemins de causse assez roulants mais éprouvants en raison des nombreuses pierres qui roulent sous les pneus.
Attention à la descente vers Cajarc qui est assez glissante par temps de pluie. Dans ce cas, emprunter la variante GR 65A depuis le Verdier.

Le départ de Cajarc se fait le long du Lot pour arriver à Gaillac, puis rude montée en sous-bois par un chemin caillouteux parsemé de marches. Le chemin redevient roulant et parcourt le causse jusqu'à Limogne.

Limogne - Cahors

Toujours du chemin roulant jusqu'à Varaire. A partir de Varaire le chemin emprunte le "Cami Ferrat", ancienne voie romaine, roulante mais caillouteuse jusqu'au Pech.
Le chemin alterne ensuite montées et descentes (dont une dangereuse après Flaujac) entrecoupées de passages dans des combes. L'approche de Cahors se fait par un très large chemin en crête, puis descente assez raide sur Cahors par une route goudronnée.

Les dolmens de Gréalou.

Cajarc : village typique du Lot.

Les paysages du causse : igues (gouffres), combes (vallées encaissées), murets et bories (cabanes de pierre)...

Cahors : la cathédrale hétéroclyte et la vieille ville, le panorama du mont St Cyr, le pont Valentré.

Cahors - Ostabat

Page suivante

Accueil
Accueil