A VTT sur les chemins de Compostelle
Textes choisis

Pèlerine solitaire à vélo

Textes choisis

Cette aventure à vélo fut tout un défi à différents niveaux. Un pèlerinage rempli de longues périodes de réflexion, la rencontre de gens où, par cette manière de faire le chemin, ce n'est pas la quantité mais plutôt la qualité de liens créés qui importe.

Au bout de chaque souffrance et découragement existe une joie, la beauté, qu'il suffit simplement de savoir reconnaître, on apprend à voir les signes, à ouvrir non pas seulement les yeux et son cœur mais surtout son âme… Et le bonheur d'avoir réussi à mener à bien cette aventure hors de l'ordinaire, une étape à la fois.

Certain ici m'avait dit que de vivre ce sentier à vélo n'était pas la bonne façon de faire. Un pèlerin à pied presque arrivé à Santiago de Compostela m'a dit la même chose. Je n'ai jamais argumenté et pourquoi juger ? Chacun a sa motivation personnelle pour entreprendre un tel périple, peu importe son moyen de locomotion; nous partageons tous un même but… Et ces refuges qui n'accueillent pas de pèlerins à vélo. Et le temps que chacun s'accorde pour parcourir ce Chemin est aussi un choix bien personnel.

J'aurai fait l'apprentissage de ce que je devais savoir pour l'instant, ce qui me ferait re-devenir qui JE suis et ce, simplement à communiquer avec le Camino, en reconnaissant les messages subtils transmis par mes sentiments et mes pensées; les paroles étant souvent involontairement mal exprimées ou mal interprétées. J'avais déjà une longueur d'avance avec mes événements vécus antérieurement. Et la mort étant venue frapper sournoisement à la porte de ma vie il y a plus d'un an, j'avais alors hérité d'un stimulus pour vivre. Le Camino Francés sera mon deuxième tremplin pour avancer, avec volonté.

L'appel que j'ai fortement ressenti de vouloir l'expérimenter était donc un signe plus visible pour vivre ce que je savais et ce que je ressentais déjà.

Toutes ces questions existentielles que je préparais en même temps que mon voyage se sont dissipées à mesure que la date du départ approchait. Restait celles des gens qui m'entourent : qu'est-ce que j'allais chercher si loin? Et pourquoi partir seule? Les questions au retour : et puis? T'as trouvé tes réponses? Que puis-je répondre… qui comprendra que j'ai simplement écouté le langage du Chemin… Je reconnaîs maintenant que je vis le Camino quotidiennement.

Et ce que j'en ai retiré à Santiago, en ayant atteint mon but spirituel et mes objectifs :
Mon cheminement sur le Camino Francés aura été le reflet de la vie. Même si j'étais préparé physiquement et avec tout l'équipement minimum essentiel, reste que l'inconnu, les imprévus et les embûches font parti du Chemin et de l'existence. Derrière cette longue et difficile aventure pour s'évader de la routine quotidienne, pour vivre des événements inoubliables et la liberté, il doit se cacher une force intérieure, un Être supérieur pour apporter support physique, moral et spirituel. Aller plus haut, avancer plus loin tout en profitant de la vie le plus simplement. Rouler plus de 850 km en 11 jours sur tous les types de sentiers inimaginables. Parfois à moins de 5 km/h, d'autres fois à plus de 55 km/h; chaque coup de pédale ou de frein prend toute son importance, comme dans la vie... Mais quel paysage! Et 25 heures de train pour revenir à Toulouse avec 5 transferts, l'autre chemin...

Amour, peur, tendresse, sévérité, joie, tristesse, extase, amertume, courage, douleurs, foule, solitude, rires, pleurs, force, découragement, folie, épreuves, chaleur, froid, soleil, pluie, nuages, confort, inconfort, bien-être, mal-être, pleine forme, fatigue extrême, plaisirs simples et purs, incertitudes, retrouvailles, égarements,... et bien plus sur ce Chemin en si peu de temps. Tant de choses côtoyées, autant d'événements qui marquent à tout jamais que d'expériences blessantes et passagères. Rien n'arrive pour rien, tout a une signification. Très heureuse d'avoir réalisé ce rêve avec autant de défis. Expérience unique, extraordinaire et enrichissante où rien n'est parfait et tout à apprendre. Pas de temps pour l'ennui.

Rencontrer des gens de différentes nationalités mais difficile de créer des liens durables avec des pèlerins faisant le Chemin à pied.

Parler le soir avec eux dans les refuges et le lendemain se saluer lorsque je les dépassais à vélo. C'est à recommencer chaque soir avec l'avantage de rencontrer plus de gens. Trouver un avantage à chaque situation désagréable... Peu de cyclistes et encore moins à mon rythme! Et un des plus beaux cadeaux obtenus sur ce Chemin aura été la rencontre de trois cyclistes de Madrid. Méfiance, adaptation, compromis, partage. Et en 5 jours avec eux, les derniers jusqu'à Santiago de Compostela, j'aurai appris beaucoup. Avec l'esprit ouvert et un brin de folie, nous sommes arrivés à créer un lien d'amitié spécial malgré les différences culturelles, religieuses, spirituelles, le langage et à chacun son but sur ce Chemin de Compostelle. On avait des affinités: le goût de l'aventure, profiter de la simplicité de la vie, la beauté de la nature, le bon temps, un dose de folie, les problèmes de vélo,... Et j'ai compris les raisons de leur passage sur mon chemin, dans ma vie.

Confiance en moi, aux autres, en ces trois cyclistes, en ma force intérieure, mais surtout confiance en mon Maître. Persévérance, tolérance, patience, endurance. Être qui je suis en toute vérité, avoir la liberté de mes choix et les assumer. Reconnaître et accepter mes limites. Quitter (et non fuir) une situation désagréable par avancement ou par acceptation.

On n'a pas tous les mêmes rêves mais ayez chacun les vôtres, au moins un grand. Et surtout travaillez à les réaliser malgré tous les obstacles inévitables; cela contribue à atténuer les " problèmes " quotidiens. Lutter à l'intérieur de soi et non contre les autres. Vivre et réussir SA vie dans toute sa simplicité et sa beauté; apprendre à être bien et heureux avec ce que l'on possède car le plus beau ne s'achète pas, il se trouve à l'intérieur de chacun de nous et peut se partager... Et comme tout pèlerin, j'ai terminé le Chemin en faisant une promesse dans la Cathédrale de Santiago.

"L'agréable n'est pas éternel. Préservons le bien-être en cultivant le respect de notre entourage."

Jocelyne Giasson
Québec
mein_stern23@hotmail.com

Accueil
Accueil