A VTT sur les chemins de Compostelle
Textes choisis
12° étape

Textes choisis

Eric dévore les kilomètres à vélo et s'est lancé un défi : du Mont Saint Michel à Santiago, plus de 1800 kilomètres en 12 jours... Une condition physique au top niveau pour des étapes marathon, avec un VTT de 25 kg. Une autre manière de faire le chemin….

ETAPE 12
MERCREDI 14/05/2003
PALAS DE REI / SANTIAGO
74 km en 3H10
Moyenne : 23.37 km/h
TOTAL : 1848 km

J'entame " La ultima ". Le départ se fait plus tôt que les jours précédents car je sais que devant moi il n'y a plus qu'environ 70km qui me séparent de mon rêve. Une formalité par rapport aux étapes que je viens de vivre ! Il est 7H45 et il fait très froid, surtout quand je prends un peu de vitesse dans les descentes. Je suis littéralement gelé. La route continue à monter et à descendre. Je passe la ville de Melide et j'arrive dans la vallée de la rivière Iso, puis à Arzua. J'aborde les derniers kilomètres vers Compostelle.

J'arrive à Lavacolla, village et rivière du même nom, où les pélerins faisaient leurs ablutions avant d'entreprendre la dernière descente qui même au Monte do Gozo ( Le Montjoy ), qui est une colline qui surplombe Santiago et d'où je peux apercevoir les tours de la cathédrale ! Enfin Santiago. Je fonce dans la ville et évidemment l'histoire se répète et je m'écarte du bon itinéraire et me perds un peu. Je tente de m'orienter grâce aux clochers mais il y en a partout dans cette ville !

Je finis enfin par trouver la bonne direction et je débouche sur la place au pied du monument tant convoité et espéré. Il est 11H15 du matin. Je reste un long moment sur la grande esplanade pour savourer cet instant. J'ai tellement attendu ce moment, je l'ai maintes fois visionné et revisionné dans ma tête depuis le départ qu'il est moins puissant que je ne l'espèrais. En fait, je suis juste content d'être là et d'y être arrivé. Mon chemin est terminé et j'ai hâte de retrouver les gens que j'aime et qui me manquent.

 

Je n'avais pas en partant de quête spirituelle ni religieuse. Cette aventure sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle se voulait avant tout sportive. Le contrat est rempli car il ne m'aura fallu que 11 jours et demi pour boucler les 1848 kilomètres de ce périple. Je suis la tradition jusqu'au bout, afin que le pèlerinage soit accompli totalement en entrant dans cette magnifique cathédrale et en posant mes mains sur le portique de la gloire et ma tête sur le front de la statue comme l'ont fait avant moi des millions de pélerins et comme le veut la tradition.

Voilà, je suis un vrai " Jacquet " et j'ai réussi mon challenge personnel.

Le pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle n'est pas une simple randonnée. C'est une démarche personnelle qui se prépare à l'avance et qui dure plus que le temps même du parcours. Cela suppose une préparation physique et mentale qui permet d'aborder le pèlerinage dans les meilleures conditions et d'en conserver longtemps après les fruits.

Eric
eric.ide@wanadoo.fr
http://perso.wanadoo.fr/tri-running-sport

Accueil
Accueil